Livraison GRATUITE à partir de €60,00 d'achat

Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même.

Publié par Fiorella Pauloz le

Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même.

TRAHISON - ABANDON - REJET - INJUSTICE - HUMILIATION

Nous possédons tous un peu des 4 premières blessures.

 

La blessure d’abandon intervient généralement à travers le parent du sexe opposé. Il s’agit ici d’être laissé, quitté, du fait que l’autre ne veuille pas s’occuper de nous.

Cette notion est différente de celle du rejet. Pour la 1ère blessure, le message était « Je ne veux pas de toi », alors qu’ici, il dit plutôt « Je ne peux pas m’occuper de toi ».

La blessure d’abandon peut par exemple se manifester quand une mère est subitement accaparée par l’arrivée d’un nouvel enfant et ne peut plus accorder toute son attention à celui est né le premier. L’aîné aura tendance à croire qu’il en sera toujours ainsi désormais et qu’il ne retrouvera plus jamais sa maman comme avant.

Le masque qui se créer ici est celui du dépendant. La personne concernée ne se sent pas nourrie affectivement, a tendance à croire qu’elle ne peut arriver à rien toute seule, sans l’appui des autres.

Elle tombera souvent dans le schéma de victime, cherchant ainsi à attirer l’attention sur elle et à recevoir cette affection dont elle manque tant. Elle aura tendance à facilement dramatiser et à faire des montagnes pour parfois un petit « rien ». Ce dont le dépendant a le plus besoin est le soutien des autres, de voir qu’on prête attention à lui et qu’on ne l’abandonne pas.

Cette blessure se créait entre 2 et 4 ans à cause des promesses non tenues, un manque de loyauté, des mensonges... c'est toujours l’interprétation de l’enfant par rapport à un fait qui va créer un certain sentiment chez lui.

Cette blessure est généralement vécue avec le parent du sexe opposé. S’il y a une blessure de trahison, c’est qu’il y avait à la base un lien d’amour très fort avec ce parent. On a accordé sa confiance à ce parent, on comptait sur lui, et il n’a pas répondu à nos attentes.

Le masque créé pour se protéger de la blessure de trahison est celui du contrôlant. Le contrôlant utilise la maîtrise pour bien respecter ses engagements et s’assurer que les autres fassent de même.

Celui ou celle qui porte le masque du contrôlant a tendance à avoir beaucoup de force en lui, à être vif et dynamique, à montrer qu’il est courageux. Il y a chez cette personne un côté « Regardez moi ! »

Ce sont également des personnes très exigeantes avec elles-mêmes, qui veulent montrer aux autres de quoi elles sont capables.

Les attentes du contrôlant envers les autres sont énormes et il ne supporte pas qu’on le déçoive. Il a besoin de mettre son grain de sel partout et de maîtriser le maximum de paramètres de sa vie, ce qui lui donne l’impression d’être en sécurité et qu’on ne le trahira plus.

ABANDON & TRAHISON
TRE VOUS MÊME CELA SIGNIFIE PENSER, SENTIR, DIRE ET FAIRE LA MÊME CHOSE."

 

Les deux blessures sont liées car les deux sont dû au parent du sexe opposé. La plus dévastatrice est celle de l'abandon.
Elle se vit surtout à l’intérieur de soi de façon passive et est surtout caractérisée par une grande tristesse vécue au plus profond de l'être.

Ces personnes ont toujours l'impression de manquer d'affection et sont constamment à la recherche d'attention. L’abandon s'exprime de façon passive alors que la trahison, elle, est plutôt expressive.

Le contrôlant utilise soit la manipulation sournoise soit la manipulation agressive pour arriver à ses fins.

Il va falloir apprendre la différence entre contrôler et affirmer ses besoins. Les dépendants ont tendance à se plaindre alors que les contrôlants eux donnent des ordres, au lieu de tout simplement exprimer leurs besoins.

N'oubliez pas que c’est la première personne qui décide de passer à l’action, de faire la paix avec l’autre, qui est la plus intelligente. L'intelligence c’est savoir que son bonheur passe avant n’importe quelle peur.

Après quelques instants de réaction à la souffrance causée par la blessure vous pouvez prendre une bonne respiration et dire ceci : "je me rends compte que cette situation ou cette personne vient de toucher ma blessure d’abandon et de trahison. Je me permets d’être humain et d’avoir encore des blessures à guérir. Pour le moment, je me sens abandonné ou trahis. Bientôt j'arriverais à ce que ce genre de situations me fasse de moins en moins mal."

 

On se sent écarté, repoussé, non toléré. Le message qu’on nous donne est « Je ne veux pas de toi ».Cette blessure se manifeste en général à travers le parent du même sexe que nous, parent qui a dû lui-même vivre cette blessure avec son parent du même sexe.

C’est une blessure très profonde, car lorsqu’on en souffre, on se sent rejeté dans son être et dans son droit d’exister. Cette blessure se manifeste souvent très tôt dans la vie et bien souvent dès la naissance ou même avant de naître, comme c’est le cas pour un bébé non désiré.

Un point qu’il est important de souligner, c’est que le parent n’a pas nécessairement l’intention de rejeter son enfant, mais celui-ci peut malgré tout se sentir rejeté. Il faut bien faire la différence entre les faits concrets et la façon dont sont interprétés ces faits par la personne qui vit une blessure de rejet, ou l’une des 4 autres.

Le masque qui se crée alors est celui du fuyant, de celui qui veut disparaître, ce qui peut se manifester jusque dans le corps à travers une minceur excessive (comme c’est le cas dans l’anorexie), ou encore un corps qui semble fragmenté ou incomplet. L’observation du corps est un excellent point de repère pour définir quelles sont les blessures que nous portons, car le corps ne ment jamais. Par contre, le corps traduit en général les blessures qui sont les plus fortes en nous. On peut avoir des formes généreuses et souffrir néanmoins d’une blessure de rejet, qui sera alors moins forte qu’une des autres blessures présentes.

Ce sentiment d’injustice peut se manifester entre 4 et 6 ans quand il y a un manque d’appréciation, de reconnaissance, de respect ou lorsqu’on nous fait croire que nous n’avons pas de mérite.

La personne qui porte cette blessure ne se sent pas appréciée à sa juste valeur, ou alors, elle peut aussi avoir tendance à croire qu’elle reçoit plus que ce qu’elle mérite. Les deux cas de figure sont possibles.

Cette blessure se vit généralement avec le parent du même sexe.

Le masque qui se crée ici est celui du rigide. La souffrance intervient parce que l’enfant souffre de la froideur de son parent du même sexe, lorsqu’il n’y a pas de démonstration suffisante d’amour qui nourrit les besoins de l’enfant. C’est un peu comme s’il avait le sentiment d’avoir un mur de glace devant lui.

Encore une fois, le parent en question n’est peut-être pas réellement froid, mais c’est comme ça que l’enfant le perçoit.

Le rigide cherche la justice à tout prix. Il faut que tout soit équitable et juste. Il essayera souvent aussi d’atteindre la perfection pour aller dans ce sens. Il donne également l’impression d’être imperturbable, quelles que soient les circonstances.

REJET & INJUSTICE

"LA LOI UNIVERSELLE EST INFAILLIBLE ON RÉCOLTE CE QUE L’ON SÈME QUE NOUS EN SOYONS CONSCIENT OU NON. "

Les deux blessures sont liées car les deux sont dû au parent du même sexe. La blessure primordiale de l’égo est la blessure de rejet. La blessure d’injustice nous aide à ne pas sentir la blessure de rejet.

La peur d’être critiquée est commune au deux. Toutes critiques signifient pour eux "tu es nul".

Les deux blessures refusent l'aide. Le rigide n'est pas envie d'être redevable et pense que quoi qu'il en soit il le fera mieux que l'autre. Le fuyant lui refuse par peur de déranger et se croira nul s'il accepte. Les deux ne peuvent pas concevoir que l'on fasse ça par plaisir et générosité.
Quelqu’un qui n’est influencé par aucune blessure réagira de la manière suivante : "Comme c’est gentil de m’offrir ton aide j’accepte avec plaisir, merci. "

il y a deux types de rigides : soit conforme, ils vivent toutes les émotions à l'intérieur (colère), soit rebelle et extériorisent toutes leurs colères.

Lorsqu’une des 5 blessures de l’âme te fais souffrir c’est que tu n’es pas à l’écoute de ton cœur ni de tes besoins.

Après quelques instants de réaction à la souffrance causée par la blessure vous pouvez prendre une bonne respiration et dire ceci : "je me rends compte que cette situation ou cette personne vient de toucher ma blessure de rejet et d'injustice. Je me permets d’être humain et d’avoir encore des blessures à guérir. Pour le moment, je me sens rejeté et/ou je ressens de l'injustice . Bientôt j'arriverais à ce que ce genre de situation me fasse de moins en moins mal."

 

 

La blessure d’humiliation est celle où on se sent rabaissé, dégradé, où on ressent de la honte. L’éveil de cette blessure se produit au moment où un enfant sent qu’un de ses parents a honte de lui ou a peur d’avoir honte quand il est sale ou fait des dégâts, notamment en public ou en famille.

Le fait de raconter les petites bêtises qu’un enfant a pu faire à d’autres personnes, par exemple aux invités lors d’une réunion de famille, fait grandir le sentiment de honte encore plus et amplifiera la blessure.

D’après Lise Bourbeau, la blessure d’humiliation est majoritairement vécue avec la mère ou alors, elle peut l’être avec le père quand c’est lui qui est en charge de l’apprentissage de la propreté et de tout ce qui compose les bases pour un enfant.

Le masque porté ici est celui du masochiste qui voudra éviter à tout prix d’être humilié à nouveau et va commencer à tout prendre sur son dos, à être toujours plus performant et se sent obligé d’en faire toujours plus, quitte à s’oublier lui-même. C’est une façon détournée en fait de se créer des contraintes et des obligations. Pendant que celui qui souffre de la blessure d’humiliation s’occupe des autres, il pense qu’il ne leur fera pas honte.

On cherche toujours à éviter autant que possible de se retrouver dans une situation qui va réactiver la blessure que l’on porte, et c’est là qu’interviennent nos masques. On peut cela dit les porter très souvent, ou alors très peu, selon l’intensité de nos blessures.

HUMILIATION
"RAPPEL : NE JAMAIS ACCORDER TROP D’IMPORTANCE AUX MOTS"

C'est la seule des cinq blessures qui n'est pas présente chez tout le monde.
La blessure d'humiliation affecte sa relation avec soi-même pas avec les autres.

Les personnes souffrant de cette blessure ne veulent pas blesser l’autre mais plutôt se défendre ou excuser l’autre.

Face à une critique, la personne ne réagirait pas du tout, mais au fond de lui il se sentirait honteux. Contrairement aux 4 autres blessures :
- l'injustice se justifiera en disant "ce n'est pas juste" car lui n'aurai jamais oser dire ça
- la trahison dirait " et toi tu te crois parfait ?"

- l'abandon se mettrai à pleurer ou se plaindrait
- le rejet lui ferai semblant de ne pas être affecté comme s'il n'avait rien entendu

Après quelques instants de réaction à la souffrance causée par la blessure vous pouvez prendre une bonne respiration et dire ceci : "je me rends compte que cette situation ou cette personne vient de toucher ma blessure d'humiliation. Je me permets d’être humain et d’avoir encore des blessures à guérir. Pour le moment, je me sens humilié . Bientôt j'arriverais à ce que ce genre de situation me fasse de moins en moins mal."

 

Le plus grand obstacle à notre guérison est L’égo !

 

Qu'est ce que l'égo :

c'est toutes les petits voix que tu entends dans ta tête qui sont liés à chacune de tes
croyances, toutes tes pensées négatives, liées au stress, à la colère ou, la peur.

Comment agit-il :

- il se fie à notre passé, chaque situation qui nous a fait souffrir deviens un danger.
L'égo souffre à cause de ses désirs non satisfaits et aussi par peur de souffrir si ses désirs se concrétisent.

- l'égo fait ressortir ton masque (contrôlant , fuyant..)

-il adore les compliments et la reconnaissance. il utilise tous les moyens possibles pour en avoir. Il agit ainsi pour sentir qu’il existe et qu’il est important.

- il ne sait pas écouter, il se justifie se défend, il ne peut pas être dans le moment présent . Il s’identifie au bien ou mal , il se compare , il croit pouvoir rendre les autres heureux.

- L’orgueil fait partie de l’égo lorsqu’il cherche à imposer aux autres ses croyances.

 

ÉTAPE 1 : DIMINUTION DE L'ÉGO

- se faire aider par un proche

- accepter son égo

- personnaliser son égo

- dialoguer avec son égo

  • se limiter à des croyances bénéfiques et suivre son intuition

 

« LES AUTRES SONT AVEC TOI COMME TU ES AVEC EUX ET AVEC TOI MÊME. »

 

PROCESSUS DE GUÉRISON

Accepter le fait que ton égo est convaincu de t’aider en alimentant continuellement les croyances liées à chaque blessure, car il ne peut que se référer à sa mémoire, il ne peut agir autrement, il n’a aucune idée de ton besoin.

Observer la blessure au lieu de laisser le masque diriger.

Prendre ses responsabilités.

Pardonner

 

« C’EST TOUJOURS NOTRE PERCEPTION OU NOTRE INTERPRÉTATION DES FAITS QUI CAUSE NOTRE SOUFFRANCE ET NON CE QUE QUELQU’UN EST OU FAIT. »

 

EN RÉSUMÉ :

Une blessure est activée :

En une fraction de seconde nous laissons le masque prendre le dessus croyant ainsi que nous souffrirons moins.

Notre égo ne sait pas que les comportements réactifs de masse peuvent créer beaucoup de malaise en nous et autour de nous.

Pour activer la guérison nous devons le plus rapidement possible devenir conscient que nous ne sommes plus nous-mêmes.

Ensuite nous sommes capables d’observer la blessure activée en sachant qu’il est normal et humain d’avoir des blessures.

L’étape suivante et de parler à son égo pour le remercier d’avoir voulu nous aider et pour le rassurer.

Nous cessons alors tout comportement réactif, notre cœur est à nouveau en paix.

 

Pour allez plus loin voici les deux livres que je vous recommande.

Pour te les procurer à petit prix c'est par ici : Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même et celui ci : La Guérison des 5 blessures

J’espère que cette article vous aidera, n’hésitez pas à le partager :)


Partager ce message


← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire